-rama


-rama

-rama-orama

V. -orama.

⇒-RAMA, -ORAMA, élém. formant
Élém. tiré du gr. « spectacle », entrant, à l'orig., dans la constr. de subst. masc. de caractère sav., créés pour la plupart sur le modèle de panorama.
A. — [La base est un mot gr. ou un mot fr. de caractère sav. calqué sur le gr.] V. cosmorama, diorama, géorama (s.v. géo- B 1 b), stroborama (s.v. strobo-) et aussi:
diaphanorama (diaphane, du gr. « distinct » + -orama). ,,Tableau d'une ville ou d'un pays représenté en perspective et convenablement éclairé`` (LITTRÉ). Le soir, diaphanorama, vue et costumes suisses. Spectateurs anglais, français (MICHELET, Journal, 1843, p. 524).
néorama (néo-, du gr. « temple »). ,,Sorte de panorama tracé sur une surface cylindrique et représentant l'intérieur d'un temple, d'un grand édifice`` (LITTRÉ). On a ouvert le néorama ces jours-ci; c'est un tableau en panorama sur lequel on a représenté l'intérieur de Saint-Pierre de Rome (DELÉCLUZE, Journal, 1827, p. 468).
pléorama (pléo-, du gr. « naviguer, flotter »). ,,Sorte de panorama mouvant inventé en 1831 et dans lequel les points de vue semblent fuir devant le spectateur`` (ADELINE, Lex. termes art, 1884; ds Ac. Compl. 1842, LITTRÉ, GUÉRIN 1892, Lar. 20e).
stéréorama (stéréo-, du gr. « solide »). ,,Carte topographique en relief`` (Lar. 20e; ds LITTRÉ, GUÉRIN 1892). Chaque coin du Trocadéro m'est familier, le bazar tunisien où on fume le narguilé en regardant des danseuses, le stéréorama, la kasbah, les blancs minarets, tout surpris de se refléter dans la Seine (MORAND, 1900, 1931, p. 114).
B. — [La base peut être un subst. quelconque] Sous la forme tronquée de -rama, il apparaît chez Balzac dans des créations plais. (dramorama, froitorama, santérama; v. aussi diorama ex.) et réapparaît au XXe s. princ. sous l'infl. de l'anglo-amér.; accolé aux subst. les plus divers, il procure un grand nombre de néol. à la lang. du spectacle et à la lang. comm. et publicitaire, avec une vogue partic. dans les années 1960-1965.
1. Dans la lang. du cin. L'élém. garde sa valeur de « spectacle » et entre dans la formation de subst. désignant un mode de projection ou un type de représentation cinématographique. V. l'empr. à l'angl. cinérama (s.v. ciné- B 1) qui remplace les formes de cinéorama et de cinématorama de la fin du XIXe s., et aussi:
kinérama. Forme pseudo-sav. de même sens. Ma mère s'enhardit jusqu'à me conduire dans les salles du boulevard: au Kinérama, aux Folies dramatiques, au Vaudeville, au Gaumont Palace qu'on nommait alors l'Hippodrome (SARTRE, Mots, 1964, p. 99).
magirama. Le programme du studio 28 définit le Magirama « une construction architecturale et dramaturgique simultanée des images », décuplant « dans un jeu d'associations visuelles les postulats périmés de l'écran simple » (Vie Lang. juill. 1967, p. 394).
2. P. ext. -rama (parfois o-rama mais où o appartient dans la plupart des cas au 1er élém. ou n'apparaît que comme voy. de liaison), dans le vocab. du spectacle, comme dans le lang. comm. et publicitaire. Gardant en partie sa valeur originelle, il revêt aussi l'idée d'« ensemble », de « vaste collection » (d'éléments d'un programme présenté au public, d'objets exposés à la vue):
drapeaurama. En avril 1961, la biscuiterie « l'Alsacienne » a lancé sa collection Drapeaurama: il s'agit d'une carte panoramique de l'Europe, montée sur un cadre dans lequel des encoches permettent de disposer de petits drapeaux en métal (Vie Lang., févr. 1962, p. 105).
loisirama. La Foire de Paris vous présente Loisirama, véritable salon des loisirs (La Croix, 25 avr. 1970 ds GILB. 1971).
Rem. On relève déjà chez Balzac, carporama [,,exposition de fruits factices, modelés, peints dans leur aspect et leur grosseur naturels`` (Lar. 20e)], pris métaphoriquement: Un carporama de faits historiques (Œuvres div., t. 2, 1830, p. 23).
3. L'idée de ce qui est perceptible visuellement tend à disparaître et -rama n'en vient plus qu'à exprimer l'idée de « collection, ensemble, inventaire ». Comme le signale Étiemble ds DUPRÉ 1972: ,,Rama (...) doit désigner pour nos contemporains quelque chose comme: « vue générale sur », autrement dit: « panorama ». Le chansonnierama n'est rien d'autre qu'« un panorama de la chanson », le musicorama « un panorama de la musique »``.
Prononc.:[-], [-]. Bbg. BEHRENS Engl. 1927, p. 59. — QUEM. DDL t. 14 (s.v. diaphanorama). — SÖDERGÅRD (O.). De « panorama » à « discorama ». Qq. notules sur l'emploi d'un suff. « -rama ». Neuphilol. Mitt. 1959, t. 60, pp. 348-353; Nouv. emplois du suff. « -rama ». Fr. mod. 1963, t. 31, pp. 219-222.

Forme tronquée de -orama (obtenue à partir de panorama), à la mode au XIXe siècle et, sous l'infl. de l'anglo-américain, dans les années 1950-1960 (cf. Étiemble, Parlez-vous franglais ? p. 151-152). || La plaisanterie de parler en rama (→ Panorama, cit. 1, Balzac).
0 — Il fait un fameux froitorama ! dit Vautrin. Dérangez-vous donc, père Goriot ! Que diable ! votre pied prend toute la gueule du poêle.
— Illustre monsieur Vautrin, dit Bianchon, pourquoi dites-vous froitorama ? il y a une faute, c'est froidorama.
— Non, dit l'employé du Muséum, c'est froitorama, par la règle : j'ai froit aux pieds (…)
— Ah ! ah ! voici une fameuse soupeaurama, dit Poiret en voyant Christophe qui entrait tenant respectueusement le potage.
— Pardonnez-moi, monsieur, dit madame Vauquer, c'est une soupe aux choux.
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 888-889.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.